Une bande de fanfarons




BBQ Petite contribution historique


Par Ménard

Le départ

Samedi 10 heures
Nous décollons enfin. Une dernière fois avant de partir, j'ai dû vérifier que le lit était bien fait, passer la main sous un meuble pour m'assurer de la qualité du ménage, contrôler le rangement de la vaiselle, bref, tout ce qui fait le quotidien d'un homme. Il faut dire que ce matin Kinou a fait des efforts, car elle avait vraiment envie de venir. Elle ne sort pas souvent, je le fais exprès, car elles nous le disent tout le temps "il faut qu'on ait envie" :))))
Samedi 10heures 01
Nono qui ne m'avait pas gonflé depuis 38 secondes et deux dizièmes (j'ai un truc pour mesurer, qui m'alerte au bout de 19 secondes: c'est pratique et ça remplace le thermomètre:on sait tout de suite s'il est malade) part dans une violente campagne contre l'itinéraire paternel:" j'en ai marre, on prend jamais l'autoroute, j'en ai raz le bol de Provins et je vais perdre mon temps pendant deux heures." Incroyable comme il ressemble à sa maman.
Samedi 11 heures 55
Les parigot étant partis se mettrent au vert, non pas toi Green, nous arrivons plus tôt que prévu, malgré les erreurs évidentes de mon copilote quant à la manière de traduire le mail remarquable de Gratounette. C'était pourtant clair.
Enfin, sauf sur un truc, et là, ch'uis pas content du tout: le dos d'âne, juste avant d'arriver (qu'on appelle un gendarme couché, j'aime), il était pas marqué sur le mail. Et vlan, je te me le ramasse et dans un bruit d'enfer le contenu du coffre s'anime. Ca commence mal parce que dans la bagnole ça s'anime aussi: "Ouiiiiiii, tu fais pas attention, les gâteaux vont être écrasés, de quoi je vais avoir l'air, les connais pas moi, et puis l'année dernière t'as pas dit bonjour à Maman, y a deux ans t'es rentré à trois heures du matin" et gna gna gna.
Du coup, comme le mail était aussi incomplet puisqu'il n'indiquait pas que la place était à gauche, moi je fonce tout droit, et rebelotte !

L'arrivée

Samedi 12heures 02
Ha que c'est agréable d'être accueillis par la joie de Mayline. Elle a du mérite cette petite parce que Gratounette est encore parti. Parait qu'il est parti chercher une chaise pour Green. En fait il est à table au bistrot du patelin d'à côté. Il fait d'une pierre deux coup d'ailleurs, parce qu'il s'est tiré juste pour ne pas monter la tente. Ha, de picoler ça ne l'empêche pas d'être malin ! Qu'est ce qu'elle est gentille Maryline: montre en mains, moins de 5 minutes se sont écoulées qu'elle nous a déjà offert une mousse ! Ca me fait de la peine au fond que ce soit une femme qui doive ainsi se substituer aux carences de certains: les traditions se perdent.
Samedi 13 heures 45
Je finis ma,( zut j'ai pas compté: quand on aime on ne compte pas) biére quand Barnum Circus débarque. C'est incroyable ce que tu peux foutre dans une petite bagnole, non mais c'est dingue. L'aprème, je suis allé voir de près, et ben y a un truc, parce que déjà, quand tu vois Green à côté de la bagnole de Kim, tu la vois pas, la bagnole. Alors faire rentrer Green, Richard et Doug et rajouter Kim, je'm demande. Ya un truc. Faut dire qu'elle est fortiche, elle jongle et tout; faut faire gaffe quand même, c'est pour ça que je lui prête ma pipe.
Samedi 13 heures 46
Le BBQ est commencé. Cool. D'hab, un BBq c'est comme un diner en ville, mais dehors, un truc aussi chiant. Là, non c'est super chouette: les filles grillent, les gars boivent. C'est la première fois que je vois ça, j'en sui ému, vous pouvez pas savoir. Un tel sens de l'organisation !
Bon, on est bien obligé de leur dire de rammasser les serviettes en papier qui se barrent sous le vent, mais à part ça elles ne se comportent pas trop mal.
Samedi 13 heures 47
J'ai une pensée pour les gens qui s'y sont pris en retard pour aller faire leurs courses. Ils sont condamnés au resto parce que Maryline et Kim, quand elle font les courses, elle les font ! Une vraie razzia. Les invasions de sauterelles à côté, c'est du petit grignotage. Sur, on va pas crever de faim. De soif non plus: y a ce qui faut. Remarque c'est bien vu parce que le vent + la chaleur du BBq +trinquer entre copain, hé ben ça a assèche les gosiers autant que ça vide les verres.
Ha si, entre temps Gratounette est revenu et nous adresse à Arnaud et à moi, devant la tente montée impeccablement "je l'aurais fait". Menteur, il était là depuis deux heures, planqué dans la haie. On a su parce qu'il s'est précipté sur une framboise, que j'ai même cru qu'il allait avaler la bouteille tellement qu'il avait soif. Ha la pauvre petite, elle méritait pas ça.

Le pendant

Tout se présente bien et la compagnie s'anime, comme le parasol d'ailleurs qui ne cherche qu'à s'envoler. Les chats rôdent ne se doutant pas de la convoitise de certains les imaginant en pâtés et autres friandises. Peu à peu les personnalités se dévoilent.
Je découvre mon gosse complètement drogué par les jeux vidéos, Kim obsédée par les pipes, Toxine, telle la diva se plaçant délibérément devant tout objectif photographique à tel point que ça m'étonnerais qu'on voit quelqu'un d'autre sur les photos, Green, Fred, Kristelle, Delphine, Arnaud et Doug essayant de se décapiter à qui mieux mieux avec le frisbi (restons français), Richard questionnant insidieusement l'assemblée pour savoir comment il allait monter sa cuisne, Gratounette qui s'en allait donner à manger aux chats, mais que j'ai découvert en train de se servir des verres en douces (ha la pauvre petite).
Seuls, Kinou et moi étions raisonnables dans cette assemblée. Je lui avais bien recommandé de se tenir convenablement et comme elle m'a bien écouté, je lui ai permis de s'offir une glace dans l'après-midi. Je crois qu'elle était contente.

Le retour

Samedi 23 heures
C'est pas tout, mais on n'est pas d'ici et il nous faut repartir. Chacun s'empresse gentiment de s'inquiéter de nous voir prendre la route à cette heure.Nous avons l'habitude: lorsque je suis fatigué, Kinou conduit, et inversement.
C'est ça un vrai couple, ce sens de l'entraide, même si l'on regrette parfois de devoir faire des remarques jamais écoutées d'ailleurs comme: " penses à ton clignotant ma chérie", "attention, ça freine devant ma belle", "bon repasses moi le volant j'ai envie de rentrer entier".
Trois heures quand même pour revenir, comme quoi quand on a bu, on n'est pas obligé de rouler comme un âne :)))))))
Ce n'est que le lendemain que je téléphone à Maryline (ha la pauvre petite) pour dire que nous étion bien arrivé et que nous avions passé une superbe journée !