Une bande de fanfarons




BBQ et tripes en folies


Par Kim


Debut du texte (INTRO)

Quelles personnes doivent se demander : mais qu'ont-ils fait, qu'ont-ils dit ?? Les points d'interrogation des absents doivent fuser dans tous sens.
Je vais donc essayer de résumer de manière objective ce week-end qui fut effroyable :-) et ainsi assouvir leur soif de curiosité. ( si des erreurs se seraient introduites dans ce texte, veuillez rétablir la vérité )

Vendredi soir ( minuit ) :
Très précautionneuse, je règle mon réveil à 8h30. Je ne voudrais pas rater un tel rdv. M'installe dans mon petit lit en regardant Europa de Lars Von Trier. Ferme les yeux petit à petit...jusqu'à plonger dans de doux rêves.

Samedi ( matin ):
Bip...Bip...Bip...Bip...Bip
Je me réveille en sursaut. Mais que se passe t'il ??? Pourquoi un tel vacarme ?? Je tourne les yeux inquisiteurs vers l'étrange machine qui hurle. Quoi ??? 8h30 !!! Mon Dieu, aurais-je perdu la tête, pourquoi désirer me lever de si bon matin, un samedi ?? Agacée, par ce maudit réveil, je m'assois dans mon lit et écoute les oiseaux chanter et les chats miauler (un peu de lyrisme ne fait pas de mal surtout quand vous aurez lu la suite ). Encore dans le brouillard, je râle...le temps s'écoule doucement...je vérifie l'heure, il est bien 8h36, je n'hallucine pas. Soudain, frappée par un éclair de lucidité, je me remémore la raison de ce supplice. LE BBQ !!
Je râle pour ne pas changer, bondis de mon lit, m'affaire à toutes les taches quotidiennes récurantes. Sortie de la salle bain, le téléphone sonne : Allô ? Ahhhh c'est toi Richard. Oui oui, je suis bien réveillée. Oui, je passe te prendre chez toi. A tout de suite. Je raccroche, boucle mes sacs, verifie que je n'oublie rien. Installée dans mon bolide, me voilà prête à affronter le monde. Hum....j'ai une voiture, je sais conduire, j'ai l'adresse de Richard en poche mais comment rejoindre la Place d'Italie et La gare St Lazare ? Sceptique par un tel dilemme, je regarde mon plan du métro, localise les deux points stratégiques et me lance dans l'aventure. Apres quelques demi-tour, marche-arrière, tour de manège autour de places rondes (des ronds points ?? ). Je gare mon carrosse dans une rue étroite, peuplée de jeunes femmes aguicheuses, où des enseignes clignotantes vous invitent aux shows les plus sexy de Paris (publicité mensongère ? Je ne peux pas vous le dire, j'ai pas vu, j'avais pas le temps ). Non, je ne me suis pas trompée, c'est la rue de Ping. 15 min plus tard, je suis accompagnée d'un drôle d'oiseau. A deux nous sommes encore plus forts pour affronter cette austère banquise. Mais pour être sur que rien ne nous résistera, nous filons chercher l'incroyable Green.
L'oiseau versatile dans mon dos, le Green a mes cotés, nous filons vers le premier Ikéa. Vous connaissez tous ce merveilleux magasin, où il est interdit d'oublier un achat sinon vous êtes bons pour refaire le tour du magasin. Oui, cela peut paraître bizarre mais chez les Suédois, le demi-tour est prohibé. Les sens uniques et le doublement sont la règle d'or. Surtout si vous allez rendre visite aux suédois, ne lâchez jamais la main de votre compagnon. Cela pourrait être fatal, vous risqueriez de perdre à jamais votre amour et dans le meilleur des cas, subir un entraînement intensif pour le prochain marathon à force de tourner, tourner, marcher, courir, dans ce labyrinthe tortueux. Malgré, tous les conseils des pygmées nordiques, je n'ai pas réussi à semer les deux bestioles. Je les ai retrouvés à la sortie du magasin en train de s'empiffrer de hot-dog. Après un en-cas nutritif, nous désertons ce lieu.
Vous commencez à vous impatienter ! ! ! Vous voudriez connaître le résumé du fameux barbecue ? ? Bah ! Non, il faudra encore attendre, je veux vous faire partager ce que j'ai dû subir. Je ne vois pas pourquoi je serai la seule à endurer ces épreuves.
Après avoir rendu visite aux esquimaux, bien veillant de notre estomac, nous déambulons dans les allées du mega-hyper-supermarché Carrefour. Que choisir ? ? Que prendre parmi cette exposition d'aliments pour anorexique ? ? Face à cette abondance, mon ascétisme s'évapore.
Hystérique, je hurle dans le magasin : " on prend, on prend, on prend TOUT ". Green et Pingouin, dubitatifs d'un tel changement de comportement, tentent de me calmer, " enfin Kim, on va simplement à un barbecue, ne te tracasse pas, tu auras à manger " Calmée par ces paroles, je jette un il sur le caddie rempli de denrées, je souris du coin des lèvres et retrouve ma sérénité. La crise passée, je revêts ma tenue de cuir d'automobiliste chevronnée et fonce plein gaz vers le château, toujours accompagnée de mes deux gardes du corps.

Samedi après midi ( 13h30 ) :
Quel émerveillement ! ! ! Le château est une pure splendeur. Les remparts épais cisaillaient par-ci par-là d'ouvertures étroites qui devaient être comblées d'albâtre translucide laissant passer une lumière douce. Le jardin vaste où la pelouse tondue de près rendrait jaloux nos compatriotes d'outre-Manche. Une végétation touffue, composait et taillait par le châtelain des lieux. Un petit chemin rocailleux vous invite à pénétrer en la demeure. Des chats invisibles mais certainement chaleureux surveillent d'un oeil bien veillant, les hôtes.

Fin du texte ( INTRO )

La suite quand j'aurai le temps.....

Une bande de fanfarons